[Debriefing] Roman WoW : Le Cycle de la Haine

2
1311

Bien des romans autour de l’univers de World of Warcraft ont vu le jour et s’insèrent plus ou moins dans le lore officiel. Sans être des chef d’oeuvres, on doit reconnaître à ces livres d’être distrayants et d’apporter des précisions ainsi que des anecdotes plutôt sympathiques concernant les différentes situations et protagonistes avec lequel on compose dans World of Warcraft.

Je possède quelques-uns de ces romans et plutôt que de vous livrer à proprement parler un avis littéraire constructif ou de vous le commenter de A à Z, je vais plutôt regrouper les informations intéressantes que l’on peut trouver ici ou là, tout en gardant l’intrigue intacte.

J’ouvre le bal avec « Le Cycle de la Haine », de Keith R. A. Decandido dont voici le résumé:

« La Légion ardente a été vaincue, et les régions orientales de Kalimdor sont maintenant partagées entre deux nations: les orcs de Durotar, menés par leur noble chef de guerre Thrall; et les humains de Theramore, gouvernés par l’un des plus puissants mages alors en vie: dame Jaina Portvaillant.

Mais la paix fragile entre les orcs et les humains s’effondre soudainement. Des attaques répétées contre les exploitations de Durotar suggèrent que les humains ont repris leurs agressions contre les orcs. A présent, Jaina et Thrall doivent éviter le désastre avant que les anciennes haines ne se raniment…et que Kalimdor soit de nouveau plongé dans une guerre dévastatrice.

Les recherches de Jaina pour découvrir la vérité à propos des attaques la mènent à une révélation bouleversante. Sa rencontre avec un mage légendaire qu’elle pensait disparu depuis longtemps va remettre en question tout ce qu’elle croyait et faire la lumière sur l’histoire secrète de World of Warcraft. »


jportvaillant

  • Jaina est une dirigeante extrêmement respectée par les siens qui n’hésitent pas à remettre à leurs places ceux qui osent la critiquer:
    « Personne ne dit du mal de Dame Portvaillant sauf s’il veut vivre sans dents. »
    « Si vous avez le malheur de ne serait-ce que penser ce genre de choses à propos de dame Portvaillant, je vous couperais en deux de la tête aux pieds et donnerais vos tripes à manger aux chiens. »
  • Ses rencontres secrètes avec Thrall ont lieu à Durotar, près de Tranchecolline, pour des raisons pratiques: Jaina peut s’y téléporter en un clin d’oeil.
  • Elle a très peu de temps libre et se « jette sur le moindre instant de répit qui se présente à elle comme un voyageur dans le désert sur une gourde. »
  • Le père de Jaina, Daelin Portvaillant, refusa de croire que les orc étaient tout aussi victimes de la Légion ardente que l’étaient les humains. Jaina trahit son père en livrant à Thrall la clé pour le vaincre lui et sa flotte lorsqu’il lança une attaque sur les orcs.
  • Elle possède un leg de son mentor l’archimage Antonidas: un bâton sculpté.
  • Jaina n’apprécie guère le machisme qui sévit dans toutes les sociétés, qu’elles soient humaines ou orques. Elle le fait savoir à Thrall lorsqu’il s’étonne qu’elle ait gradé des soldats femmes au sein de l’armée de Theramore.
  • Elle n’aime pas le trône installé dans sa citadelle. Trouvant cela trop prétentieux, elle tente de s’y asseoir le moins possible.
  • Le cabinet de travail de Jaina possède une issue secrète qu’elle est la seule -en dehors des ouvriers l’ayant creusée- à connaître.
  • Si elle gouverne Theramore, elle en a laissé la régence à son chambellan Kristoff. Ce dernier fut le clerc du célèbre Garithos avant qu’il ne soit trahi par les réprouvés après une alliance dangereuse.
  • Les vêtements de Jaina sont toujours d’un blanc immaculé et presque scintillant. Sûrement grâce à un procédé magique.
  • Son mentor Antonidas lui parla d’Aegwynn et de son fils Medivh, tous deux les derniers Gardiens de Tirisfal. Jaina admira longuement Aegwynn pour avoir été la première femme élevée au rang de Gardien.
  • La magie démoniaque, par exemple celle de la Légion ardente ou bien même de Kel’Thuzad avant que celui-ci ne devienne un nécromancien, rendent Jaina malade.
  • Elle apprit d’Antonidas que la meilleure façon de restaurer son énergie magique est de manger quelque chose. De préférence des aliments protéinés.
  • Jaina nomme Aegwynn « Magna », ce qui déplaît fortement à la principale intéressée.

thral1

  • Thrall se déplace dans un zeppelin dont la toile porte de nombreux symboles dont ceux de son clan, les Loups-de-Givre.
  • Au début de ses réunions avec Jaina, il venait accompagné d’un ou deux gardes du corps. Mais avec le temps, la confiance s’installa et Thrall se rendait à ces rencontres seul.
  • Jaina lui a offert un talisman afin de pouvoir faciliter leurs réunions. Elle porte le même, et lorsqu’ils éprouvent l’envie de se parler, le talisman se met à briller.
  • Thrall fut capturé par des humains alors qu’il n’était qu’un bébé. Aedelas Landenoire l’éleva ainsi de sorte à ce qu’il soit un esclave et un gladiateur parfait.
  • Thrall signifie « esclave » en vieil anglais.
  • Son évasion fut facilitée par Taretha Foxton, la soeur de l’un des proches de Landenoire.
  • La salle du trône de Thrall est située dans la Vallée des Esprits d’Orgrimmar. Lorsque Garrosh prendra la tête de la Horde, il la transférera dans la Vallée de la Force.
  • Cette même salle du trône est volontairement inhospitalière. Thrall ne souhaitait pas que les siens se sentent totalement à l’aise en sa présence afin de parfaire son autorité sur son peuple.

aeg

  • Aegwynn est désormais une femme d’apparence âgée. Elle porte un diadème en argent terni ainsi qu’un pendentif de jade, d’un vert similaire à celui de ses yeux.
  • Elle est restée seule pendant près de 20 ans jusqu’à sa rencontre avec Jaina. Cette solitude volontaire lui était agréable.
  • Elle est âgée d’un millier d’années.
  • 847 ans plus tôt, Aegwynn devint l’apprentie du mage Scavell en compagnie de quatre autres garçons.
  • Elle fut choisie par le Conseil de Tirisfal parmi tous les apprentis de Scavell afin de devenir le nouveau Gardien après que ce dernier ne cède sa place.
  • Aegwynn maîtrisait déjà à un jeune âge les parchemins de Meitre, un puissant mage elfe de la nuit.
  • Lors de la cérémonie du transfert des pouvoirs, Aegwynn hérita des pouvoirs de Scavell et de tous les autres Gardiens l’ayant précédé.
  • Elle eut du mal à se plier au réglement du Conseil de Tirisfal dont elle fut l’instrument en tant que Gardien. En effet, ces derniers n’hésitaient pas à mettre en danger la vie d’enfants dans l’espoir d’obtenir des informations sur un démon.
  • Elle fut choisie par le Conseil car elle était la plus prometteuse, mais ils ne souhaitaient clairement pas d’une femme à ce poste.
  • L’une de ses tâches en tant que Gardien de Tirisfal était de dissimuler toute trace de l’existence des démons aux yeux du monde.
  • Aegwynn fit le choix de rallonger sa propre vie à l’aide d’un sort de jouvence plutôt que de s’encombrer d’un apprenti. Elle put ainsi poursuivre sa tâche de Gardien, qu’elle accomplissait depuis près de 800 ans.
  • Elle était admirée d’un homme, Nielas Aran, au service du Roi Landan Wrynn -sûrement le père de Llane et le grand-père de Varian.
  • Bien qu’Aegwynn ne soit pas portée sur la romance, elle choisit de partager la couche d’Aran afin d’enfanter celui ou celle qui prendrait sa place en tant que Gardien, ne souhaitant pas laisser ce choix au Conseil.
  • Elle sut dès le lendemain de leur liaison qu’elle attendait un garçon et en fut déçue, elle espérait une fille en guise d’ultime pied-de-nez au Conseil. Elle confia l’enfant, Medivh, à son père.
  • Elle affronta Sargeras et cru à tort l’avoir vaincu. Ce dernier s’était en fait dissimulé au plus profond d’Aegwynn et se glissa en Medivh alors qu’il n’était qu’au stade de fœtus.
  • Aegwynn livra bataille contre Medivh/Sargeras à Karazhan et fut sur le point d’être battue.
  • Meurtrie et épuisée, elle était à cours d’énergie magique. Aegwynn pris la décision d’annuler le sort de jouvence qui l’empêchait de vieillir afin d’utiliser cette énergie recouvrée afin de se téléporter hors de Karazhan.
  • Quelques temps après sa fuite de Karazhan, elle eut une vision de Medivh tué par Lothar et Khadgar. Elle vit Sargeras banni du corps de son fils, et utilisa ce qui lui restait de pouvoirs afin de ramener ce dernier du royaume des morts.
  • Elle est désormais pratiquement incapable de lancer des sorts.
  • Aegwynn eut un kodo comme animal de compagnie. Elle le nomma Scavell en mémoire de son mentor.

div

  • Le symbole de la Lame Ardente est une épée enflammée, que ses adeptes portent en tatouage ou en pendentif.
  • La taverne de la Plaie-du-Démon est un établissement de Theramore plutôt tranquille mais pas très propre.
  • Theramore est une cité tranquille où la criminalité est rare. Chaque acte délictueux est aussitôt réprimé brutalement par les soldats de dame Portvaillant.
  • La magie laisse une odeur particulière: une odeur pestilentielle de souffre et d’épices.
  • Faire sa toilette ou du moins accorder une importance somme toute relative à son apparence est encore un concept étranger pour les orcs.
  • Medivh fut celui qui fit s’allier Jaina, Thrall et les Elfes de la Nuit contre la Légion ardente.
  • Orgrimmar et Theramore ont été construites en même temps.
  • Les orcs ont encore du mal à assimiler le fait d’être libérés du joug des humains et continuent de nourrir haine et rancœur à leur égard.
  • Taretha Foxton, surnommée Tari, aida Thrall à s’échapper du camp d’internement de Lordaeron. Elle fut punie pour cela de décapitation. Elle est la seule humaine à avoir l’honneur d’un lok’vadnod à son nom, un chant orc honorifique immortalisant la vie d’un héros.
  • La magie maléfique des démons a fait perdre aux orcs pratiquement tous les souvenirs qu’ils avaient de leur terre natale, Draenor.
  • Les membres de la Lame Ardente comptaient parmi leurs rangs les plus fidèles adeptes du Conseil des Ombres et étaient à l’origine tous des orcs. Ce groupuscule accueille aujourd’hui de nombreuses races.
  • Si chez les humains, frapper du pied est considéré comme la ponctuation d’un caprice d’enfant, c’est pour les orcs le signe extérieur d’un mécontentement légitime.
  • Les mages sont connus pour facilement se perdre dans leurs pensées au point de nécessiter une intervention extérieure afin de revenir à la réalité. Comme un coup, par exemple.
  • Chaque sorcier laisse une marque personnelle lorsqu’il utilise ses pouvoirs. Il est ainsi aisé de faire la différence entre chaque sorcier grâce à cette signature magique.
  • Les femmes feraient de moins bons mages que les hommes, étant plus enclines à des démonstrations d’émotions excessives.
  • Rexxar est le dernier membre du clan Mok’Nathal, une espèce hybride orc/ogre. Il trouve les ours bien plus civilisés que les humains, trolls ou elfes.
  • Le lien qui unit Rexxar à son ourse Misha est indissoluble bien qu’ils ne se soient jamais juré allégeance l’un à l’autre.
  • Rexxar considère Jaina comme la seule humaine honorable.
  • Les cogneurs de Cabestan et de Baie-du-Butin sont grassement payés à patrouiller le long des quais, tabasser les éventuels clodos et vagabonds et refusent rarement les pots-de-vin.
  • Les orcs ont pour coutume de baptiser leurs navires en l’honneur d’un proche disparu. L’Orgath’ar pour le père du capitaine Bolik, Orgath. Le Raknor en l’honneur du frère du capitaine Klatt, ou bien encore la Fureur de Draka pour le navire de guerre de Thrall, nommé d’après sa mère.
  • « Magna », le titre dont sont affublés les Gardiens de Tirisfal, est d’origine naine. Il signifie « protecteur ».
  • « Galtak Ered’Nash », la phrase que prononcent les adeptes de la Lame Ardente signifie « que tous acclament la Lame Ardente ».
  • Medivh a hérité de la grande taille ainsi que des yeux verts de sa mère, et des épaules larges et du nez de son père.
  • Il a tué les membres du Conseil de Tirisfal, sous l’influence de Sargeras.
  • Lorsqu’un démon quitte son hôte, ce dernier n’y survit que rarement.
  • Gardien de Tirisfal est un rang sensiblement plus élevé que celui de chef d’Etat.

Voilà pour les grandes lignes concernant le Cycle de la Haine. Ci-dessous un petit planning des debriefings à venir à raison d’un par semaine, chaque vendredi! D’autres seront à suivre, le temps que je me procure les bouquins ! 

Vendredi 9 octobre: Arthas, par Christie Golden.

Vendredi 16 octobre: l’Effondrement, prélude au Cataclysme, par Christie Golden.

Vendredi 23 octobre: Coeur-de-Loup, par Richard A. Knaak.

Vendredi 30 octobre: le Déferlement, par Christie Golden.

2 COMMENTS