Cela fait maintenant quelques années que je suis un fidèle utilisateur de Steam, défendant envers et contre tout mon pouvoir d’achat. Mais au fil des années, je m’aperçois que l’entreprise n’est pas aussi passionnée que ce que le laissent entendre les fanboys de Gabe

Certains citeront l’exemple des accès-anticipés, véritables quenelles pour les joueurs, pullulants maintenant sur la plateforme. Mais je laisse à d’autres le soin de critiquer cette douteuse pratique, préférant m’intéresser à un autre aspect gangréné de Steam.

En tant qu’amateur de vieux jeux, il m’est arrivé plusieurs fois de racheter par commodité, sur Steam, des jeux dont je possédais autrefois les boites et auxquels j’avais pu jouer par le passé, à leur sortie ou peu après. Ma première déconvenue concerne le mythique Deus Ex. Ayant eu envie de rejouer à ce classique, je profitai des soldes d’été pour me le procurer à un prix fort raisonnable (heureusement).

Une fois installé, surprise ! Seule la version anglaise est disponible, sans aucun sous-titrage français bien entendu. Quand on sait qu’à l’époque le jeu a été entièrement doublé en français, ça fout un peu les boules de passer à côté de ça.

Alors on se retrouve à patcher le jeu, afin au moins de bénéficier de sous-titres. Jusque là, je ne suis encore que peu agacé, seulement un peu déçu de passer à côté de la VF mais bon… Puis, les réels ennuis commencent. Aucune résolution moderne n’est prise en charge, on nous sort le jeu tel qu’il était il y a 15 ans, directement sorti de la base de données d’Eidos, sans aucune modification ni ajustement. Absolument aucun effort n’a été fourni pour la compatibilité avec des machines modernes. On se retrouve donc à payer 10 euros pour un produit incomplet et incompatible avec nos ordinateurs.

Tout est dit malheureusement...
                                                         Tout est dit malheureusement…

Pour Deus Ex 2, rebelote avec cette fois-ci un petit plus offert par Steam : un back-Windows à chaque chargement. Et à chaque fois nos amis seront notifiés du « […] joue à Deux Ex ». Bref, assez vite insupportable autant pour eux que pour nous.

N’est-il donc pas concevable de pouvoir jouer à un jeu de plus de dix ans dans sa version complète et fonctionnelle sans avoir à le patcher nous-même pendant une heure ?

Quelques mois plus tard, je me procure Max Payne premier du nom, toujours via Steam. Ici, le problème est encore pire : si l’on ne patche pas le jeu il est impossible de finir le premier niveau. En effet, à la fin de celui-ci, le jeu crashera immanquablement. On ne paye non seulement plus un produit incomplet (ici aussi, seule la version anglaise non sous-titrée est dispo, sachant qu’il y a aussi une VF…) mais pour un produit non-fonctionnel avec lequel il nous est impossible de jouer sans intervention de notre part.

Un bref aperçu du forum Steam du jeu...
                                             Un bref aperçu du forum Steam du jeu…

Est-il donc inconcevable pour les compagnies de fournir des efforts pour un jeu qui ne se vendra pas par millions d’exemplaire ?  N’y a t-il donc aucune passion de la part des éditeurs, seulement une avidité constante ? Avidité les amenant à sortir des produits qui ne fonctionnent pas ou sont incomplets. Il s’agit ici d’un autre débat, rejoignant la politique des DLC ainsi que des jeux non-terminés à leur sortie. Comme quoi, tout est lié dans le monde du jeu vidéo lorsqu’il s’agit d’évoquer l’incapacité des compagnies à se mettre sérieusement au travail afin de fournir un produit de qualité aux consommateurs.

Ma dernière déconvenue en date remonte aux dernières soldes de Noël, où, hypé par la sortie de Star Wars VII j’ai craqué pour le « pack complet Star Wars ».  Bien mal m’en a pris car sur la quinzaine de jeux proposés dans l’offre, seul cinq ou six étaient jouables en l’état. Un scandale.

La quasi-totalité des Jedi Knight tournaient sur un émulateur. Feu LucasArt ne s’est même pas donné la peine d’adapter les jeux. Ils se sont contentés de sortir le fichier du jeu de leur base de données (ou d’EmuleParadise…), le coupler à un émulateur open-source et nous vendre ça entre 5 et 10 balles. C’est du vol. Et comme dirait Orson Welles, « j’aime pas trop les voleurs et les fils de pute ».

Et quand on parvient enfin à le lancer...
                                               Et quand on parvient enfin à le lancer…

Certains jeux sont carrément incompatibles avec nos machines, il est donc tout bonnement impossible d’y jouer. C’est le cas de Republic Commando, dont on ne peut entamer une partie sans auparavant farfouiller dans ses fichiers de configuration.

Je vous en fait un Let’s play ci-dessous :

Battlefront 2 se transforme quant à lui en boite de nuit par moment…

Dooku on the dancefloor !!
                                                         Dooku on the dancefloor !!

Au final, ce pack ne nous apporte pas la joie que l’on s’attendait à avoir en explorant l’univers Star Wars mais plutôt la frustration de l’explorateur de fichiers Windows. Tentant vainement de trouver ce qui nous empêche de lancer un jeu payé avec l’argent gagné à la sueur de nos fronts.

En conclusion, que peut-on faire face à ce refus des entreprises de traiter ces classiques en tant que tels ? Quand le jeux-vidéo obtiendra t-il enfin le statut d’art auprès du grand-public ? Empêchant ainsi la déchéance de ces chefs d’œuvres par la faute de businessmen cupides. Laisserait-on ainsi un classique du cinéma se faire malmener autant que peut l’être Max Payne 1 ? Absolument pas. Alors il est temps pour le public de ne plus rester dans cette morne indifférence face à la dégradation d’œuvres.

Pour finir sur une note plus heureuse, il est important de mettre en valeur le travail des passionnés se battant contre ce phénomène, c’est notamment le cas du site GoodOldGame.com mais aussi de plus petites équipes, tels que ces fans ayant ramené Deus Ex à la vie grâce au mod « Revision ». Alors à ces gens là, merci pour tout.

5 COMMENTS

  1. Cela aurait été sympa de faire une ouverture sur Gog, plateforme de jeux complémentaire à Steam.
    Gog est vraiment avancée au niveau du portage de vieux jeux (d’où le nom, Good Old Game) et la qualité est toujours au rendez-vous.
    Les jedi Knight y sont d’ailleurs présent <3
    Et la communauté peut proposer ses envies de portage :)
    L'équipe est vraiment passionnée aussi :3

    Que du bonheur !

    • Je ne mentionne que brièvement GoG à la fin car je n’ai pas eu encore l’occasion de m’y mettre et de tester réellement. Mais je le ferais à coup sur, maintenant que je ne fais absolument plus confiance à Steam !

  2. moi les jeux old school je les achète pas.

    c est simple: ils n étaient plus distribuer. alors c est pas parcequ un type se dire : je vais prendre ce qui est devenue gratuis et le resortir payant que je vais le faire.

    j émule tout les vieux jeux . point barre