[Debriefing] Roman WoW: Coeur-de-Loup

0
903

Salut à tous! On se retrouve ce vendredi pour le debriefing de Coeur de Loup. Si je trouve l’intrigue pas super super extraordinaire pour le coup, ce roman a l’avantage de nous fournir quelques informations sur les worgens, les elfes de la nuit ainsi que bien entendu, sur Varian qui est un peu au centre de ce récit. Hop hop, résumé:

“Suite au Cataclysme, les conflits ont embrasé chaque coin d’Azeroth. La Horde continue de s’enfoncer en Orneval. Résolus à conquérir la région, le chef de guerre, Garrosh Hurlenfer a élaboré une tactique visant à écraser ses défenseurs, les elfes de la nuit. Ignorant ce qui se prépare en Orneval, les dirigeants elfes de la nuit, tiennent un sommet près de Darnassus pour décider de l’admission des fiers worgens de Gilnéas dans l’Alliance. Cependant, certaines animosités et tensions compromettent le sommet et risquent même de faire s’effondrer toute l’Alliance. L’agitation qui secoue Darnassus laisse toute latitude à Garrosh de s’emparer d’Orneval.”

Comme pour l’Effondrement, il n’y a pas assez d’informations à propos d’une même chose pour que je puisse me permette de les regrouper par catégories distinctes. Ce sera donc -malheureusement- encore un pèle-mêle! Bonne lecture!


  • Les Elfes de la nuit semblaient jusque-là se considérer comme LES défenseurs d’Azeroth.
  • Tyrande a l’apparence physique d’une jeune femme de vingt ans.
  • Malfurion continue de surveiller quelques zones du Rêve d’Émeraude qui semblent encore infestées par le Cauchemar.
  • Des siècles auparavant, Jarod Chantelombre, frère de Maiev, a quitté la société elfe de la nuit sans fournir d’explications.
  • Shalasyr, son épouse, sera la première elfe de la nuit à mourir de vieillesse.
  • Seules les femmes elfes de la nuit pouvaient être prêtresses et seuls les hommes devenir druides.
  • Les femmes ont pris les rênes de la société elfe de la nuit durant “l’absence” de Malfurion et de ses druides, plongés trop longtemps dans le rêve d’Émeraude.
  • Jarod Chantelombre a 1000 ans de moins que Malfurion Hurlorage.
  • Tyrande est surnommée la “Voix d’Elune”.
  • Les prêtresses et les assistantes de Tyrande la nomment “maîtresse”.
  • Comme leurs noms l’indiquent, la plupart des elfes de la nuit dorment le jour.
  • Shandris Pennelune, fille adoptive de Tyrande, était amoureuse de Jarod avant que celui-ci ne parte avec son amante Shalasyr.
  • Maiev dirige l’unité des Guetteuse, un groupe tout d’abord constitué des meilleures Sentinelles avant de s’étendre à certaines prêtresses volontaires.
  • Maiev porte le titre de “Gardienne”, qui est octroyé à la seule dirigeante des Guetteuses.
  • Les Guetteuses étaient mandées pour mener à bien les missions les plus spéciales et dangereuses. Elles ont notamment été les geôlières du traître Illidan.
  • Les Sentinelles sont principalement constituées de femmes. Il n’y a environ qu’un homme pour vingt femmes.
  • Tyrande et Malfurion ont soumis la pratique de la magie à un usage en cas de force majeure, et uniquement dans certaines -très peu- de zones de Teldrassil.
  • Les “Bien-nés” sont des elfes de la nuit qui continuent de manipuler la magie des arcanes. Ils sont vus comme des parias par la société kaldorei malgré les promesses de Tyrande et Malfurion concernant une réintégration potentielle des Bien-Nés.
  • Malfurion et l’Archimage Mordent -porte parole des Bien-nés- semblent toutefois s’entendre relativement bien.
  • Si une zone non-autorisée est exposée à une trop grande quantité de magie arcanique, celle-ci réagit violemment et prévient aussitôt Malfurion d’un tel usage.
  • Varian considère que seuls lui et son peuple ont réellement souffert des conséquences de la guerre, pensant que Malfurion et ses druides se sont trop détachés de la réalité des choses
  • Anduin aura une intuition concernant la trahison de l’Archevêque Benedictus. C’est pour cela qu’il préférera étudier la Lumière auprès du Prophète Velen plutôt que de lui.
  • Varian n’est guère emballé à l’idée que son fils devienne prêtre, estimant que cela ferait de lui un roi faible.
  • Durant tout le roman, “gilnéen” est synonyme de “worgen”. Il en va de même pour “seigneur de Gilnéas” et “chef worgen”, qui désignent tous les deux Genn Grisetête.
  • Ayant du mal à contrôler sa force et ses accès de colère, Varian casse le bras d’Anduin en tentant de le retenir.
  • Sans être worgen, Varian possède certaines de leurs compétences ultra-sensorielles.
  • Les worgens (contrairement à ce qu’on peut voir en jeu) sont établis dans un camp en dehors de Darnassus. Ils ont le droit d’entrer en ville mais préfèrent de loin rester dans la forêt, entre eux.
  • Il existe des zones de chasse bien définies pour les worgens, et que les elfes de la nuit respectent.
  • Les worgens chassent en meute mais une fois leur proie trouvée, se séparent.
  • Certains worgens peuvent ressentir le mensonge et la peur de leurs interlocuteurs.
  • Tous les arbres paraissent avoir un nom bien à eux. Les worgens en connaissent certains.
  • Sous forme worgen, les individus sont facilement reconnaissable à leurs voix.
  • La plupart des elfes de la nuit sont effrayés par le fait de vieillir.
  • Malfurion fait près de deux mètres et cette taille est presque égalée par Genn Grisetête sous forme worgen.
  • Genn peut d’ailleurs atteindre sa taille et sa carrure de worgen mais en restant sous forme humaine, sous l’effet de la colère.
  • Il ne fait pas confiance aux Bien-Nés et les fait surveiller.
  • Les elfes de la nuit n’enterrent pas leurs morts à proprement parler. Les druides font pousser des fleurs et autre verdure sur les corps qui retournent ainsi à la nature.
  • Varian considérait les worgens comme des animaux lourds, brutaux et sans aucune finesse avant de les voir en action dans la forêt.
  • Lorsque Genn est seul ou en compagnie des siens, il préfère sa forme worgen.
  • Le rituel d’apaisement des worgens n’est pas sans danger, on peut en effet en mourir ou tout simplement échouer.
  • Varian suit ce même rituel.
  • Tyrande semble tenir rigueur à Malfurion de tout ce temps qu’il a passé dans le Rêve d’Émeraude. Il n’est pas rare qu’elle le trolle sur ça.

 

Et voilà, c’est tout pour Coeur-de-Loup! Pas grand chose en somme, sous peine de spoil les intrigues. Sans être excellent, je suppose que c’est un roman à lire une fois. Varian y apparaît vraiment agaçant dans la première moitié.

On se retrouve vendredi prochain pour le debriefing du Déferlement, par Christie Golden, dans lequel nous en apprendrons plus sur la chute de Theramore et sur le pétage de plomb de Jaina Portvaillant!

D’ici-là, faites un tour sur les précédents debriefings!

 

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE