Alors, on vous connait. Vous allez nous dire « N’importe quoi, ce cher Julien Chièze, un agent secret spécialiste du jeu-vidéo ? » Et pourtant, après une enquête riche en renseignements, nous sommes désormais capables de l’affirmer : Julien est de mèche avec l’État Français.

Vous devriez dans un premier temps lire cet article. En effet, la DGSE (service de renseignement Français) cherche à espionner le monde vidéoludique afin de déceler les excès de violence et la potentielle radicalisation de certains jeunes. Car c’est bien connu, le jeu-vidéo rend violent : à tel point que c’est devenu une question de défense nationale.

Fort de constater l’existence de groupuscules terroristes cachés sur les différents « chat » de certains jeux multijoueurs, l’état-major à donc fait appel à des experts.

« Les terroristes utilisent les espaces de discussions de certains jeux-vidéo violents comme PUBG, Fortnite ou encore Roblox, afin de corrompre la jeunesse asociale et confuse. Un peu comme c’est le cas dans le milieu carcéral »

Directeur de la section nouvelle technologie, Ministère de l’intérieur,
Caporal A. Térieur

Mais que vient donc faire Julien Chièze dans cette histoire ?

Eh bien, de nombreux éléments nous permettent de croire que Julien mène une double vie en plus de sa carrière de jounaliste-youtuber. Juste après avoir quitté GameOne, il aurait été engagé par le renseignement Français comme analyste spécialiste jeu-vidéo.

Pour appuyer cette thèse, nos enquêteurs ont retrouvé des images d’un reportage de TF1 sur le service de la BEFTI : La brigade d’enquêtes sur les fraudes aux technologies de l’information. Un spécialiste des nouvelles technologies est interviewé dans les locaux de cette institution si secrète.

Une image issue d’un reportage TF1 sur le service secret français spécialisé dans l’internet, la BEFTI

Étrangement, ce visage flouté ressemble à s’y méprendre à celui de notre Julien Chièze national. Voyez plutôt :

Troublant, n’est-ce pas ?

Nous avons ensuite comme indice le profil Linkedin de Julien. On vous laisse regarder.

Comme par hasard…

Nouvel élément accablant avec cet extrait du contrat que Julien a passé avec les services de renseignement : ce document, qui lui est directement adressé, donne des informations sur l’intitulé du poste.

Nous avons également mis la main sur ce témoignage de 2014 de MisterMV, qui connait bien Julien Chièze. On y apprend notamment qu’il y a bien des années, Julien participait à quelques activités illégales.

Afin de ne pas terminer derrière les barreaux, Julien aurait donc très bien pu accepter une proposition de l’Etat Français, et devenir dès lors une sorte d’agent double : proche des joueurs en apparence, mais qui renseignerait en secret la DGSE sur vos habitudes de jeu.

Enfin, Jeuxvideo.lol a pu mettre la main sur le témoignage bouleversant d’un autre streamer français, qui préfère rester anonyme :

« Julien c’était un peu le Benalla du jeu vidéo : on sentait qu’il allait aller loin ! Quand je l’ai connu il était dans les petites magouilles : achat et revente de clefs Steam russes, truquage d’événements e-sportifs… ce genre de choses. Puis d’un seul coup il a changé en Monsieur propre, il semblait ne plus rien avoir à se reprocher.

Mais un jour, bourré à une soirée entre influenceurs chez Webedia, il a tout balancé ! »

X

Des mots très durs, mais qui laissent peu de place au doute. Enfin, ces quelques images devraient achever de vous convaincre de la culpabilité de Julien Chièze.

Elise Lucet peut prendre sa retraite, JVL futur média d’investigation. Bien évidement, dans un souci de transparence, voici de nombreuses sources.

1 COMMENT

  1. Ils essaient d’attirer les Célestin, ils ont pas compris que Célestin est raciste, lgbtphobe, islamophobe et judéophobe?Ils sont cons ces terroristes

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here