« Ouin ces homophobes de Twitch n’aiment pas mes jeux » par Robert Yang

8
1838

Nous avons commencé à vous parler du créatif mais néanmoins tordu Robert Yang, développeur de jeux indies tout aussi WTF les uns que les autres. Il s’est récemment fendu sur son blog d’un billet visant à dénoncer l’extrême rigidité de Twitch concernant la nudité dans les jeux. En effet, jusqu’ici, tous les siens ont été interdits sur cette plateforme de streaming bien connue. Traduction.


 

« Mon nouveau jeu, Rinse and Repeat, a été banni de toutes les chaînes sur Twitch seulement 4 jours après être sorti. Tout comme mon précédent, Cobra Club, qui a également été banni peu de temps après sa sortie. Je suis actuellement l’un des developpeurs les plus bannis de Twitch.

rinse_banned

D’un côté, c’est plutôt gratifiant pour un artiste d’être considéré comme « dangereux », donc merci Twitch. De l’autre, la politique de Twitch sur la nudité et le sexe est merdique et je vais dire pourquoi je la déteste et la trouve injuste ainsi que très malsaine pour les jeux vidéo qui se réclament une forme d’art.

Voici les règles de Twitch concernant la nudité dans les jeux:

Actes ou contenus sexuellement explicites: La nudité ne peut pas être l’objectif de base ou caractéristique d’un jeu et les mods de nudité ne sont pas permis. Les cas de nudité qui peuvent survenir au cours d’un jeu sont tolérés si tant est que vous ne passez pas sur cette partie plus de temps qu’il n’en faut pour la progression normale du jeu.

Ceci est une interdiction globale qui touche tous les jeux assez populaires pour attirer l’attention de Twitch et qui disposent de pas mal de contenu de nudité. Ils passent ainsi outre le contexte du travail et ne cherchent même pas à savoir comment la nudité est présentée, préférant arguer qu’elle est tolérée si elle ne représente qu’une infime partie du jeu. Cela signifie que Twitch range mes jeux dans le même panier que le dégoûtant RapeLay*, jeu que je ne prendrais même pas la peine de décrire ici. Ce rapprochement est offensant pour moi qui mets un point d’honneur à mettre en avant des valeurs comme le consentement, les frontières, l’organisme et le respect dans mes jeux. Mais qui ce me saoûle grave est que mes jeux méritent la nudité qui en fait partie et ne peuvent clairement pas s’affirmer comme artistiques sans. Puis vient Twitch qui affirme que les grosses mamelles bleues des aliens dans Mass Effect peuvent être diffusées sans problème parce qu’elles sont évidemment là pour titiller gentiment la libido mais sans plus ? La sur-exploitation des nanas de Dead or Alive ou de Quiet dans MGS est donc plus appropriée qu’un jeu dans lequel on lave le dos d’un mec? (Pendant qu’on y est, on va rajouter un brin d’homophobie dans le lot!)

Aucune autre plate-forme de vidéo majeure ne met en avant ce délire de « tant que c’est pas important, ça va ». Elles insistent plutôt sur le contexte et l’éthique de la nudité / contenu sexuel.

La politique de Vimeo sur la nudité et le contenu sexuel est probablement un modèle:

Vimeo ne permet pas de vidéos qui contiennent des représentations explicites de nudité ou d’actes sexuels (dans la plupart des cas), ni de vidéos qui semblent principalement axées sur la stimulation sexuelle (il ya beaucoup d’autres sites pour cela.) Bien sûr, Vimeo respecte l’expression créative par-dessus tout. Voilà pourquoi nous permettons des représentations de nudité et de la sexualité qui servent une un but clairement créatif, artistique, esthétique, ou narratif. Nous permettons également les contenus non-sexuels tels que les représentations et les documentaires à propos du corps humain.

Même YouTube considère que le contexte est important:

Une vidéo qui contient de la nudité ou autre contenu sexuel peut être autorisée si le but principal est l’éducation, la documentation -scientifique ou artistique- et si cette nudité n’est pas tout simplement gratuite. Par exemple, un documentaire sur le cancer du sein serait approprié, mais poster des extraits sortis du contexte de ce même documentaire pourrait ne pas l’être. Rappelez-vous que fournir un contexte dans le titre et la description va nous aider nous et vos téléspectateurs à déterminer le sujet principal de la vidéo.

Les joueurs souhaiteraient si désespérément voir les jeux vidéo reconnus comme de l’art pour pouvoir témoigner de ceux qui traitent de la profondeur humaine et voici Twitch, une plate-forme essentielle de la culture gaming qui possédait 44% de part de marché concernant le livestreaming en 2014 qui persiste et signe: « NON » un jeu ne devrait pas se focaliser autour du sexe et de la nudité. On dirait une paire de préados tendus du slip parce qu’ils ont introduit de la bouffe extérieure dans une salle de ciné. L’idée que la nudité et le sexe sont autorisés sur Twitch, seulement quand ils sont tangentiels et exploitables, est une honte putain politique plutôt regrettable.

Ça se la joue conservateur en définissant ce qui peut être considéré comme « un vrai jeu » et décourage l’expérimentation artistique des développeurs par peur d’être bannis de Twitch. Je crois Twitch devrait réviser sa politique pour tenir compte de l’attitude d’un jeu à l’égard de la sexualité ou de la nudité qu’il contient.

Je maintiens catégoriquement que mes jeux ne fonctionnent pas comme de la pornographie (je reçois effectivement des plaintes de joueurs qui trouvent que mes jeux contiennent encore trop d’états d’âme et ne sont encore pas assez pornographiques…). Si Twitch voulait exercer un certain leadership et ajouter un peu de nuance dans leur politique pour permettre l’examen artistique des jeux au cas par cas, ce serait génial. Ou ils peuvent continuer de traiter mes jeux exactement comme une exploitation des fantasmes autour de viols bruts.

EDIT: Apparemment , Twitch a déjà une option « contenu mature » intégrée dans son système…Cet outil n’a-t-il pas été créé dans le but de « protéger les enfants » comme ils le souhaitent si bien ? Pourquoi bannir les streamers et interdire purement et simplement mes jeux au lieu de leur appliquer cette restriction? »


 

*RapeLay n’est ni plus ni moins qu’un simulateur de viol venu tout droit du Japon (ça nous aurait étonné) dans lequel on suit les folles aventures d’un homme qui traque et viole une femme et ses deux filles. Le joueur a la possibilité de choisir entre plusieurs positions sexuelles, d’imposer ses rapports avec violence et tant qu’à faire, tirer plusieurs nanas en même temps – bien entendu sous la contrainte. Pas à mettre dans toutes les mains, donc.

/discuss

 

8 COMMENTS

  1. Pourtant RapeLay est une bonne métaphore de la société consumériste qui nous poursuit tant bien que mal, et ce malgré nos efforts à nous défaire de ses prises ayant pour objectif de nous faire avaler leur produit sous la contrainte.

LEAVE A REPLY