[Retrotest] Star Wars : Battlefront 2

2
1996

battlefront

Alors que le nouveau Star Wars : Battlefront s’apprête à débarquer sur nos ordinateurs européens, il est temps de se rappeler à quoi nous avions eu à faire précédemment. Le dernier réel opus de la saga (j’oublie intentionnellement les épisodes portables) était en effet Star Wars : Battlefront 2, sorti en 2005. Etait-il vraiment aussi excellent que ce que laissent paraître les commentaires suite à la sortie du nouvel opus ? C’est l’heure de ressortir sa ps2, de brancher ses manettes et de repartir casser du rebelle aux cotés de Vador.

Assez ironiquement, à l’époque de sa sortie Battlefront premier du nom avait beaucoup été comparé à Battlefield 1942, auquel il empruntait certains codes. Certes pas un chef d’œuvre, ce premier épisode était arrivé à point nommé pour les fans de la saga alors en manque d’adaptations vidéoludiques modernes de Star Wars. Un peu comme aujourd’hui quand on y pense, la hype monte en attendant l’épisode VII mais l’on a pas grand chose à se mettre sous la dent.

On ne s'en lasse pas !
On ne s’en lasse pas !

Bref, c’est alors que fût teasé Battlefront 2, en ne nous promettant rien de moins que d’incarner nos héros favoris (et aussi ceux de la prélogie…) ainsi que de participer à de gigantesques batailles spatiales ! Alors était-ce assez pour faire de Battlefront 2 un futur classique ? Apparemment oui pour les joueurs pour qui la simple mention de Star Wars provoque une érection massive et aveuglante. Cependant le jeu n’est pas exempt de défauts…

La principale nouveauté de cet opus repose sur un mode solo ma foi fort agréable. Si l’on interroge des joueurs aujourd’hui, il y a d’ailleurs de grandes chances qu’ils se souviennent avoir mené la “501ème” tout au long d’une histoire plutôt bien scénarisée et s’insérant parfaitement dans la trame des films. De ce côté là, il n’y avait rien à redire. Mais qu’en était-il du cœur du jeu, ce qui allait le définir, les batailles terrestres ?

Vous vous souvenez peut-être des batailles de Battlefront 1 où l’on pouvait se retrouver incapable de faire quoi que ce soit à cause d’un pilote de vaisseau un peu trop adroit bombardant sans relâche vos troupes. Ce n’était pas franchement amusant et même carrément pénible à la longue. Ne vous inquiétez point, sachant apprendre de ses erreurs Lucasart a maintenant séparé ces deux types de combat afin de ne plus se faire emmerder à tout bout de champ. Il est amusant de noter que DICE a choisi de réitérer l’erreur de Battlefront 1 en réunissant le combat terrestre et aérien. Probablement par flemme de développer de belles batailles galactiques intéressantes, ou encore dans un souci de temps afin de pouvoir sortir le jeu avant Noël…

Le fait de pouvoir tuer des ewoks est un vrai plaisir coupable
Le fait de pouvoir tuer des ewoks est un vrai plaisir coupable

De plus l’équilibrage des différentes classes du jeu est assez risible. En effet la classe de base est beaucoup plus efficace que n’importe quelle autre et on passera souvent des batailles entière avec son Stormtrooper à décimer des dizaines d’ennemis alors qu’un choix un peu plus fantaisiste nous amènerait à une mort certaine ou bien simplement un score très faible. Ce point là n’est pas forcément un défaut car vu le design de certaines classes, on préfère largement jouer un bon vieux clone de base (et par la même occasion massacrer par dizaines nos ennemis donc). Le gameplay des soldats n’est pas folichon mais il se laisse jouer, leur apparente lenteur et assez dérangeante au début et il n’est pas rare de se retrouver à pester face au manque de réaction du personnage lorsque l’on commence. Mais avec l’expérience viennent les habitudes qui insufflent un réel dynamisme à votre façon de jouer et cela en devient beaucoup plus amusant. Un peu comme le sexe à vrai dire. Et qu’en est-il de ces héros dont on nous a tant vanté les mérites ? Bien qu’ils soit dévastateurs sur le champ de bataille, les héros manquent cruellement de précision. On se retrouve souvent à utiliser un sprint pour finir par donner des coups de sabre à 3m de notre ennemi. Cependant, on se surprend à s’amuser comme des petits fous lorsque au contrôle de Luke on sème la mort et la destruction dans les rangs ennemis à grands coups de sabre laser. Le nombre de héros jouable est d’ailleurs assez conséquent et complet, rendant même jouable certains personnages jusque là boudés (Qui a dit Mundi ?).

N'oublions pas s'il vous plaît que ceci était possible...
N’oublions pas s’il vous plaît que ceci était possible…

Passons maintenant aux batailles spatiales, si elles sont adulées par bon nombre de joueurs, je peux vous assurer qu’après avoir passé des centaines d’heures sur le jeu elles sont extrêmement répétitives et peu différentes d’une partie à l’autre. On s’amuse finalement bien dessus, mais s’il faut enchaîner sur une deuxième et cela commence très vite à devenir gonflant. Au niveau du gameplay des vaisseaux, il n’est pas aussi bien géré que celui d’un Rogue Squadron par exemple et s’avère parfois carrément frustrant lorsque la caméra n’est pas assez réactive. C’est un mode de jeu certes appréciable mais à petite dose uniquement.

"Ceci n'est pas un exercice, je répète ceci n'est pas un exercice ! "
“Ceci n’est pas un exercice, je répète ceci n’est pas un exercice ! “

Je ne vous ferais pas l’affront de parler de la bande-son du jeu reprenant les thèmes incontournables des films. Au niveau des graphismes, bien que le jeu ait maintenant 10 ans (ouch !) il n’a pas trop mal vieilli et ne choque pas l’œil. L’immersion est donc totale, musique épique, tirs de blaster et explosions à l’écran y contribuant grandement.

Un sentiment d'immersion assez jouissif lorsque l'on charge aux cotés de ses frères d'armes !
Un sentiment d’immersion assez jouissif lorsque l’on charge aux cotés de ses frères d’armes !

Au final, il y a tellement à dire sur ce jeu qu’il n’est pas possible de résumer tout son contenu et ces souvenirs au travers d’un article. Il faut y avoir joué afin de comprendre ce que je veux dire par là, en effet bien qu’il ne soit pas un jeu parfait, Battlefront 2 gardera une place particulière dans nos mémoires. Celle d’un jeu fun sur lequel on a tous passé des soirées à jouer avec ses potes et au final que demander de plus ? C’est la seule chose que je souhaite du nouvel opus, qu’il ne soit pas un fps à tendance individualiste comme peut le faire un CoD, mais plutôt qu’il soit un jeu sur lequel on s’amuse dans un univers particulièrement appréciable et que l’on se forge d’aussi beaux souvenirs sur ce nouvel opus que sur les anciens.

2 COMMENTAIRES

REPONDRE