Se payer un accès bêta à Star Citizen : un achat délusoire ou visionnaire ? C’est la question que l’on se pose lorsque l’on parle à cet ami, un ami que l’on connaît tous : ce type qui rêve de partir sur mars en réalité virtuelle, de naviguer à travers l’infini de l’espace. Ce même copain qui a également claqué plusieurs SMIC dans un PC dernière génération (128gb de RAM) et le dernier pack, gros vaisseau spatial inclus, de Star Citizen.

Homme dans une salle de minage de bitcoin
Un joueur de Star Citizen à coté de son setup : le minimum recommandé

Une campagne de financement à 300 millions

Régulièrement, l’éditeur met en place des campagnes de financement sur Kickstarter. Au total la bagatelle de 300 millions de dollars récoltés en 8 années. Et, après les gens viennent se plaindre du manque de pouvoir d’achat ! Ce à quoi, je réponds : foutaises.

Alors certes, nous pouvons toujours relativiser en se rappelant que Destiny avait coûté à Blizzard Activision 500 millions de dollars. mais attention cependant, Destiny a fini par sortir de beta même si on en dirait pas et 3/4 de ce budget était alloué au marketing. Pour Star Citizen, attendez-vous donc a un coût de développement final proche du PIB du Swaziland ! Enfin, si le jeu finit par sortir, bien entendu.

Capture d'écran d'un ensemble de contrepartie lors de la dernière campagne Kickstarter de Star Citizen
La plus grosse feature du jeu : les DLCs

Gros vaisseau, grosse verge

Acheter un vaisseau dans Star Citizen est bien plus complexe que l’on pourrait imaginer. Il faut notamment vérifier que l’on a assez de place dans son hangar. De plus, une fois le vaisseau acheté, à l’image de la vie réelle : vous devrez payer une assurance sous peine de perdre momentanément votre vaisseau ! Un abonnement en devenir ?

Pour ne pas cracher dans la soupe, je vous informe tout de même que cette assurance pourra se payer à l’aide de l’argent ingame. Après votre journée d’entrepreneur Uber Eat, vous serrez surement ravis de payer votre abonnement en faisant des livraisons sur Star Citizen. En somme, la boucle du travail jusque dans vos loisirs.

Capture d'écran d'un pack à 27.000 dollar américain pour un vaisseau Star Citizen
Investir dans l’or ? Non ! Préférez Star Citizen

Soupçons de développement chaotique

Mass effect ?

En 2019, le magazine américain Forbes a publié à un article mettant en avant les dysfonctionnements liés au développement et à la gestion financière du projet. Leurs sources : d’anciens développeurs, sous-traitants ayant travaillé pour le jeu. Ils semblent tous pointer du doigt le visionnaire Chris Roberts.

Alors que l’argent arrivait, […] Il n’était plus très concentré sur le projet. J’ai été choqué par les promesses qu’il pouvait faire. 

Mark Day, ancien collaborateur de Chris Roberts

En gros, toujours plus de promesses pour obtenir plus de financement, le retard s’accumule et la base du jeu ne verra jamais le jour.

Face aux délais exceptionnels de développement, on peut imaginer que l’éditeur « Cloud Imperium Games » prévoira la possibilité de pouvoir léguer l’accès beta du jeu à ses petits-enfants.

Couverture de canard PC "Star Citizen, les secrets d'une machine à cash"

Où en est le gameplay de Star Citizen ?

Quelle joie de pouvoir se poser sur une planète après 4 heures de voyage spatial pour pouvoir admirer à quel point vous avez de l’argent et du temps à perdre ! Mais attendez ! Il y a des surprises, des événements. En effet, des fois vous n’arriverez pas à votre destination de rêve ! Attaque de bandit ? Appel à l’aide ? Bataille spatiale sur le chemin ? Non… il arrive juste que vous soyez propulsé de votre vaisseau dans l’espace. Vous mourrez ainsi lentement pour enfin réapparaître à votre point de départ. Du génie.

Dans l’espace, personne ne vous entendra rager

Quant aux quêtes vous devez soit livrer des trucs, soit trouver des trucs, soit escorter des trucs. Ces « missions » plairont peut-être aux aficionados de Futurama et aux apprentis facteurs. Personnellement je n’en comprends pas trop l’intérêt.

La dernière maj 3.9, offre l’ajout d’un système d’incarcération : inutile quand le gameplay de base est déjà un purgatoire. On notera également l’implémentation d’un système de faim et de soif chiant ambitieux.

7 minutes pour apprendre à manger

La version actuelle est tellement gourmande qu’ils ont dû retirer le fait de pouvoir s’assoir sur les chaises. Autre aveu d’échec, les serveurs sont limités à … tenez-vous bien… 50 joueurs ! Incroyable sachant que c’est un space opéra. Pas étonnant que l’animation ne soit pas au rendez-vous.

Image du Joueur du Grenier à l'allure vieux. Il est inscrit à droite "journal de bord numéro 505, beta 9.7"
Tiens bon, Joueur du Grenier !

Voilà pour le pessimisme. Une bonne idée, surtout trop ambitieuse, cache souvent un gros flop. Pour la touche optimiste : Avez-vous déjà entendu parler de Cyberpunk 2077 ?